1 jour 1 article

Article I 30-3 «La banque centrale européenne est une institution. Elle a la personnalité juridique (...). Elle est indépendante dans l'exercice de ses pouvoirs et dans la gestion de ses finances. Les institutions, organes et organismes de l'Union respectent cette indépendance."

 

Cas unique au monde, l'indépendance totale de la BCE est gravée dans le marbre de la Constitution ! Dans les autres pays, il y a certes souvent indépéndance formelle des banques centrales mais des liens très étroits avec le pouvoir politique existent afin de définir une politique économique cohérente, sur ses deux piliers : budgétaire et monétaire (cf la Fed). Ici, l'article 30 empêche cette collaboration de bon sens pour des raisons dogmatiquement libérales. Voilà qui ne permettra pas à la croissance européenne de retrouver un nouveau souffle !

Mardi 31 octobre 2 31 /10 /Oct 12:26

Demain, c'est jour de fête ! C'est en effet le 1er novembre 2006 que la Constitution Giscard aurait dû entrer en vigueur. Mais les plans des technocrates épris d'idéologie ont été déjoués par les peuples, à leur grande surprise, et pour leur plus grande peine !...

Fêtons donc demain mercredi 1er novembre cette journée de Non-Constitution ! Ce sera l'occasion de nous réjouir de l'impact du NON et de réfléchir à l'avenir.

Bonne fête, bonne journée de Non-Constitution ! Envoyez à vos amis ce mél.

 

L'équipe de Cette fois c'est NON, revenue pour l'occasion...

Le Vrai Débat (www.levraidebat.com) s'associe à cette journée de fête ! Faites de même avec vos propres sites et blogs.

Publié dans : Ils nous ont bien fait rire !
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Lundi 29 mai 1 29 /05 /Mai 12:08

Bon anniversaire le NON ! Pour marquer le coup, Cette fois c'est NON revient, juste le temps d'une journée...

Découvrez dès maintenant les récits de militants du NON. Ils nous expliquent  leur 29 mai 2005, la façon dont ils ont vécu ce jour mémorable.

Merci d'avoir été aussi nombreux à nous avoir écrit.

Le 29 mai était une étape, d'autres combats nous attendent, nous avons besoin de vous...à bientôt ! Retrouvez-nous sur

www.levraidebat.com

 

 

Le 29 mai de Damien :

"Après deux longs mois de campagne, des dizaines d’heures passées à discuter et essayer de convaincre les quelques irréductibles ouiouistes, après tant de réunions, meetings, « apéros du Non », après avoir subi la propagande mensongère qui monopolisait les ondes et les journaux, j’avais décidé de profiter du dernier week-end pour me reposer chez mes parents.

Difficile pourtant de penser à autre chose. Derniers exercices de conviction le samedi, trouble devant des sondages contradictoires (Ifop : le non à 56, CSA : le non à 51). Vote matinal le dimanche, attente fébrile des résultats de la participation à midi.

 

Toute la famille est heureuse d’entendre que la France vote en masse : c’est bon pour le Non !

L’anxiété monte dans l’après-midi. Le trajet Lille-Paris paraît interminable et c’est le silence dans le wagon, comme si toute la France retenait son souffle.

 

Quelques amis bien informés me délivrent de mon angoisse dès 20 h 30 ! Je suis seul chez moi, la joie explose, je m’offre une bouteille de Champagne, hurle mon bonheur dans tout l’immeuble. La France et l’Europe sont sauvées ! La politique pourra continuer. Nous avons refusé le cercueil libéral, tous les espoirs renaissent…

 

Je rejoins enfin mes amis à la Bastille, assez tardivement, après avoir pris le temps de contempler les mines défaites des défenseurs du oui et des journalistes à la télé, et après avoir écouté les partisans du Non savourer leur victoire ! Il est tard, mais il règne encore une atmosphère de fête à la Bastille, tout le monde se parle. Réfugiés sur les terrasses des cafés pour échapper à la pluie, chacun se félicite, on se tend les exemplaires de l’Huma du 30 mai, on s’embrasse, on étouffe de bonheur ! Un parfum de libération flotte dans l’air… La France est sauvée !"

Le 29 mai de Pierre, Alsace :

"Merci de me donner l'occasion de m'exprimer, ne serait-ce que succinctement.

Né pendant la guerre de 39-45, j'ai participé, la première fois, de toutes mes forces, à ce genre de référendum, et pour dire NON.

 

Alsacien, je sais ce que vaut la paix des peuples. Mon Non n'était pas contre l'Europe, loin de là, mais pour mettre un frein aux balivernes du "tout-puissant économique". Si les Allemands avaient pu s'exprimer en référendum, le non l'aurait également emporter chez eux.

 

 

 

Je souhaite profondément que les peuples d'Europe prennent conscience que les vessies qu'on essaie de nous vendre ne sont pas des lanternes."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 29 mai de Samaouste :

 

 

"Cette soirée du 29 mai dernier….

 

Comme un cataclysme bien sympathique mais oh combien….inutile tant il semble que les revanchards sont déjà prêts à faire passer cette ignominie sans cette fois nous consulter.

 

Inutile parce que ce peuple ne semble n’être capable que de soubresauts par ci par là …

 

Inutile parce qu’en cas de changement de dirigeants, nous savons très bien que les grandes lignes, elles, ne changeront pas. Car le choix aujourd’hui est malheureusement assez net entre une droite de plus en plus brune et une gauche de moins en moins rouge ou rose…Ségolène Royal est je pense la pire chose qui puisse arriver (hors nazis ou Sarko (pléonasme?)) en 2007

 

Inutile enfin parce que c’est le désespoir qui mène la danse et non la mobilisation de tous les instants comme cela devrait être... Je veux finir par une note d’espoir cependant en militant pour de réels candidats de gauche issus des classes populaires, une réinvention du vrai socialisme et une réelle volonté de ne plus accepter cette pseudo mondialisation des financiers. Mais la lutte, ce n'est pas une manif par ci par là....

 

Je ne veux pas voir un Fabius à mes cotés ni tous ceux qui depuis trop longtemps mangent dans la main des puissants car c’est la trahison assurée.

 

Pour réussir la transformation de l’essai du 29 mai 2005, il faut rassembler tout ce qui se fait de vraiment intègre en politique et bien ancré à gauche sans état d’âme. Commençons les initiatives citoyennes pour élaborer un programme de rupture avec la haute finance. C’est à ce moment là que nous pourrons dire que nous commençons à faire bouger les choses. Commençons déjà par écrire un livre noir du capitalisme, même si la tâche est ardue …"

 

 

 

Le 29 mai de Gib :

 

"Pour moi, le moment fort de ce 29 mai 2005, mis à part l'annonce officielle des résultats, se situe vers 19 h lors du dépouillement, dans mon petit village Grassois.

 

Ce jour là, j'avais comme d'habitude donné un coup de main pour tenir le bureau de vote. Sauf que cette fois, je ne la menais pas large, contrairement à ce qui s'était passé quelques mois avant, pour les régionales, où le village s'était particulièrement distingué en plaçant très loin devant les autres l'heureux M. Vauzelle  ! Oui, mais là c'était pas pareil. Plus les bulletins étaient dépouillés et plus le oui prenait de l'avance. Alors j'entends, mon co. assesseur de droite, un ami très proche de la majorité grassoise, à la fin du dépouillement qui avait en effet confirmé la déculotté du non de ce bureau, me tenir un discours mielleux et moralisateur, du genre :  "Bon vous avez essayé, mais voilà, cette fois vous l'avez dans le baba ! Allez, la récréation est terminée, maintenant il faut nous laisser travailler, hein ?, on a une Europe à construire nous...". Il était tellement sûr de son coup, qu'il se laissait aller à  des analyses politiques osées, faisant de notre petit bourg le centre de gravité de la politique nationale et internationale ! "Tu vois, me disait-il en jubilant, j'y ai jamais cru que le non pouvait gagner. C'est normal que la France ( ! ) dise oui à la Constitution, tu te rends compte si elle avait dit non !!  En fait, si les précédentes consultations ont montré de la grogne pour le gouvernement, on l'a toujours dit, c'était parce que les gens nous reprochaient de ne pas aller assez vite dans les réformes. J'espère que vous nous croyez à présent !  Maintenant c'est fini, les français nous montrent qu'ils nous suivent, qu'ils sont majoritairement d'accord avec notre politique, les retraites, la sécurité, l'immigration, l'école et tout et tout. L'orage est passé, on est sur la bonne voie. D'ailleurs si le non n'a aucune chance en France de percer, c'est qu'il est porté en avant par des mouvements de gauche que les français ne veulent plus, ils sont vieux, rétrogrades, frileux et bla bla bla"... Ce soir là, il cognait dur le bougre !

 

J'ai eu quand même une petite pensée compatissante pour lui, à 20 h quand au local de la Poissonnerie à Grasse, j'ai entendu à la télé annoncer les 55% et plus de la victoire écrasante du non !" 

 

 

 

 

 

 

 

Le 29 mai de Laurent Conrozier :

 

"C'est l'effet boule de neige : parti de loin, avec rien du tout, contre tous les caciques, le NON a vaincu grâce à sa propre force de conviction, la force de la vérité face au mensonge ! Bien sûr je me suis posé des questions ? J'ai lu le TCE, écouté les débats et les réunions publiques, recherché les infos sur le net... et aussi j'ai subit le matraquage médiatique, les stars qui bien sûr étaient récupérées par les ouiouistes, les forces ultralibérales et au monde économico-financier, mais putain ça m'a fait un bien fou de voter NON et de VAINCRE ! Car la force est en nous ! Pas de fiesta le 29 mai 2005 juste la sérénité et le bien être,.... mais bon il y avait toujours les mêmes cons à la télé qui n'avait rien compris au vote NON !"

 

 

 

Le 29 mai de Michel Rémy :

"Cette victoire, je l'avais pressentie avec un taux de 55% en faveur du non , donc

 

j'ai apprécié le résultat comme il se devait .

 

Toutefois le plus dur fût sans aucun doute de combattre nombre de partisans du

 

oui qui pour les uns était de suivre un fait majoritaire !!! pour les autres gavés d'

 

une démagogie sans limite ,  l'affaire fût plus compliquée . C'est vrai que les médias

 

se sont largement employés à défendre " la bonne cause " c'est à dire la cause

 

gouvernementale avec , il faut le dire , la caution non négligeable d'une partie du PS

 

à savoir la sempiternelle vieille garde de ce parti :( LANG ,KOUCHNER ,HOLLANDE ,SEGOLENE et les autres......) 

 

Mais ce que les Français avaient ôser fût repris en coeur par les Hollandais à tel

 

point que l'anglo-américain T. BLAIR n'osa même plus organiser la consultation de

 

son peuple!!!! La victoire du non français prenait dans ce contexte toute sa valeur

 

à tel point qu'aujourdh'ui si un référendum était organisé dans tous les pays de la

 

communauté le non dépasserait la barre des 65% . Nos dirigeants ou plutôt les

 

valets qui sont au service des ultra-libéraux devraient méditer sur le sujet.

 

Oui à une Europe des peuples et sociale mais NON à une Europe du fric , à la

 

botte des Etats-UNIS et otanisée ."

 

Publié dans : Argumentaires
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus