Un OUI sur ses béquilles face à un NON en mouvement !

Publié le par CFCN Cette fois c'est NON

 

A court d’arguments, le camp du OUI à la Constitution a choisi ses axes de campagne : le mépris et la peur. Le mépris, parce que voter NON serait comme nous le rappelle Jacques Chirac « une connerie ». Mépris affiché aussi pour ces millions de Français qui diront NON, accusés de ne pas comprendre les enjeux du débat ou soupçonnés de vouloir « répondre à une autre question que celle qu’on leur a posée »…

 

Le camp du OUI joue aussi largement la carte de la peur, nous décrivant des scènes apocalyptiques en cas de victoire du NON le 29 mai. Tout est bon pour faire peur : voter NON, ce serait compromettre la paix, voter NON ce serait à coup sûr affaiblir la France, ce serait même nous dit-on une terrible « humiliation » pour notre pays !…

 

Ce positionnement stratégique du camp du OUI ne doit pas nous étonner. Mépris et peur sont en effet les deux béquilles d’un OUI mal en point, incapable de nous donner des arguments valables. Enlevez au OUI ses béquilles et vous le verrez complètement démuni, telle Ségolène Royal sur France 5 le dimanche 27 mars embrouillée dans sa défense du texte et contrainte, à court d’arguments positifs, de défendre l’inscription de la « concurrence libre et non faussée » dans les objectifs de l’Union (article I 3) parce que, je cite, « la concurrence est moins dangereuse quand elle est non faussée »…

 

Face à ce OUI mal en point, obligé de tenir sur ses béquilles - mépris et peur - et pouvant compter sur la main tendue des médias lorsqu’il s’affaisse, le NON incarne le mouvement et s’appuie sur les articles du texte pour défendre sa position.

 

Lorsque nous disons NON, c’est à ce texte que nous le disons. C’est à cet article I 41 qui fait entrer pour la première fois l’OTAN dans un traité européen que nous l’adressons. C’est l’article III 148 qui pousse à la libéralisation des services commerciaux et publics suivant le modèle Bolkestein que nous repoussons. C’est aussi à l’article III 279 qui interdit toute politique industrielle digne de ce nom que nous disons NON ! Et la liste est très longue…

En soi, le texte de la Constitution mérite largement un NON, et il n’est pas besoin de nous chercher d’autres motivations.

 

Ce NON est un NON de refus du carcan libéral et atlantiste, mais c’est surtout un NON positif, de mouvement. Il redonne de l’espoir parce qu’il nous prouve que la politique a encore un sens, qu’il est encore possible de reprendre notre avenir en main alors que jusqu’à présent on nous disait qu’on ne pouvait rien faire. Alors que le OUI signifierait continuité, dire NON le 29 mai redonnerait tout son sens à la volonté politique. Tout cela évidemment sans la moindre crainte à avoir parce que chacun sait bien que le traité de Nice continuerait comme prévu d’être appliqué jusque 2009, le temps de négocier un nouveau texte beaucoup plus ambitieux. Le mépris qu’affiche le camp du OUI n’y changera rien et ne fera qu’amplifier notre détermination.

 

Cette fois c’est NON !

Publié dans Argumentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arno 04/05/2005 15:33

No is no !
http://mobile-center.magikmobile.com

louis 04/05/2005 15:31

Non c'est non !

jmd 01/04/2005 15:34

Vous etes contre la concurrence et le libre échange. Soit.
Mais en tant que consommateur ;
Avez-vous déjà pris une ligne aérienne à bas coût entre deux villes française ?
Utilisez vous un autre fournisseur d’accès internet que Wanadoo ?
Avez-vous internent utilise un autre opérateur téléphonique que FT
Avez-vous un abonnement de portable chez un opérateur différent de FT
Avez-vous déjà envoye un colis en utilisant UPC au DHL
Allez vous faire le plein d’essence dans une station service de supermarché parce que l’essence est moins chère.
Plus généralement faites vous un choix d’achat a un endroit plutôt qu’un autre parce que le prix est plus bas pour le même type de produit.

Si vous répondez oui, si le prix compte dans votre comportement de consommateur alors vous profiter de la concurrence.

Je pourrais faire le même raisonnement pour le libre échange car vous achetez forcement des produits venant de l’étranger (cigarettes pour les frontaliers, disques, nourritures, TV, hi fi meubles, voitures….)

Donc pourquoi dénoncer la concurrence et le libre échange dont nous profitons tous en tant que consommateur ?
Certainement parce que certains en partissent, des emplois sont perdus et des réajustements sont nécessaires. C’est un fait. Il faut s’adapter et ça ne se fait jamais aisément.
Mais ce sont nos comportements de consommateur qui sont responsables.

En tant que consommateur je vote OUI
J’utilise Free pour l’ADSL
J’utilise free et telerabais pour le Telephone fixe
J’utilise SFR pour le portable
Je prends EZ Jet
J’utilise DHL
Je fais mes courses la ou les prix sont les moins cher.
Que ceux qui ne font pas ça me jettent la première pierre.