Un NON pour renégocier !

Publié le par CFCN Cette fois c'est NON

EVENEMENT - Jeudi l'événement n'est pas sur TF1 où 80 jeunes triés sur le volet poseront à Jacques Chirac des questions écrites par sa fille, mais au Zénith de Paris pour le grand meeting du NON !

Venez nombreux y retrouver Jean-Luc Mélenchon, Marie-Georges Buffet, Jacques Nikonoff d'Attac, Yves Salesse, Olivier Besancenot et quelques autres !

 

 

Les défenseurs du OUI à la Constitution développent depuis quelques jours un argument qui tend à devenir le seul dans leur campagne : le TCE n’est pas renégociable. Ainsi, si la France dit NON, nous en resterons à un statu quo indépassable.

 

C’est absurde, pour plusieurs raisons.

 

  1. Il est prévu dans la Constitution elle-même les conséquences d’une non ratification par la totalité des Etats membres : les gouvernements se réunissent et cherchent une solution (article III 447). Le traité de Nice ayant une durée de vie limitée, il est évident qu’il faudra négocier un nouveau traité. La Constitution prévoit que nous aurons jusque novembre 2006, voire 2009, pour le faire.

 

  1. On a par ailleurs beaucoup de mal à imaginer que nos gouvernants nous aient mis dans une situation aussi inextricable que celle qu’ils nous présentent maintenant. En effet, si le NON au référendum menait à une telle impasse, pourquoi prendre le risque d’une telle consultation populaire ?… Si la question posée était « OUI ou le chaos ? » quel sens ce référendum pourrait-il avoir ? Evidemment, un NON ne conduira pas à l’impasse. Et le discours actuel des partisans du OUI est une belle preuve de leur hypocrisie et de leur incapacité à trouver des arguments pour défendre leur texte !

 

  1. Rien n’est aussi mécanique que ce que les partisans du OUI veulent nous faire croire. C’est justement l’essence de l’Europe que d’avancer pas à pas, dans la négociation permanente. Prétendre qu’un NON français mènerait à un tel blocage consiste en une occultation des logiques de la construction européenne.

 

  1. Enfin, il est fort probable que le TCE n’entrera jamais en vigueur parce d’autres Etats que la France diront NON (à commencer par le Royaume-Uni, mais aussi les Pays-Bas, la Pologne ou le Danemark). Dès lors, s’il faut commencer à renégocier, qu’on le fasse vite, sans perdre des années, et si possible sur des bases posées par la France, c’est-à-dire sociales et politiques. Il est donc dans l’intérêt de notre pays de dire le premier son refus du texte qui nous est présenté.

 

Au début de la campagne, ce fut la dramatisation et la culpabilisation. Ces discours n’ont réussi à émouvoir personne et cela n’a pas tenu très longtemps. Puis ce fut le temps des incantations. Elles sonnèrent creux et personne ne fut convaincu ; à gauche, en particulier, on s’est vite rendu compte qu’on avait tout de même l’air ridicule en vantant le côté «social » de ce texte.

 

Maintenant on agite dans les rangs du OUI la peur du blocage.

 

La peur, l’incantation, la peur… La campagne du OUI semble tourner en rond et manquer de respect pour les personnes critiques envers ce texte. Aidons les partisans du OUI à retrouver un peu de dignité en leur montrant que ce registre de campagne ne les grandit pas.

 

Cette fois c’est NON !

Publié dans Argumentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JMD 15/04/2005 10:45

3 commentaires:
- Chirac et les questions ecrites par sa fille... ce n'etait pas le cas...Vous avez juger avant de voir! ce n'est pas une preuve d'intelligence de votre part... et vous voulez que l'on attache du poid a votre argumentaire
- renegociation: personne ne peut savoir ce qui se passera. Votre argument en faveur de la renegociation est tout aussi criticable que l'argument du oui quand il parle de blocage total. Encore une fois vous ne faites pas preuve de beaucoup plus de finesse argumentaire que vos opposant!
- Quant a l'argument de la peur... laissez moi rire. vous manier la peur au moins aussi bien que le camp du oui: peur du liberalisme, peur de l'ouverture, peur des pays d'Europe Centrale....
Vou ecrivez:

je pense que vue votre argmentaire on vous faites exactement la meme chose...s'en devient caricatural